Publié le 12 juin 2012

par Jean-Pierre Stéphan

Le Grand Prix de l’École Navale s’est encore déroulé en partie à Morgat les 18,19 et 20 mai derniers.

Plus de 80 bateaux, Open 5.70, Seascape 18 et même quelques Corsaires ont couru un Championnat de France de monotypes habitables devant Morgat.

Malgré l’absence de vent le 19 mai cet événement a été un succès total. La qualité de l’organisation de l’École Navale n’est plus à démontrer, mais il faut souligner que l’organisation locale du CNCM a été parfaite.

Il y avait pourtant sur le port plus de 300 équipiers, dont beaucoup d’ados venus de plusieurs pays, les entraineurs, les supporters, les organisateurs et les bénévoles… Cela faisait beaucoup de monde. On peut juste regretter qu’il n’y ait pas eu plus de public.

Plusieurs bateaux de bénévoles des Associations du port ont participé à l’évènement pour assurer les tâches de pointeur, de viseur, ou pour la sécurité. Il faut dire que cela n’a pas toujours été un plaisir : certains sont restés près de 10 heures sur l’eau dans des conditions pas toujours faciles.

Le bateau Comité « arrivé » était celui de notre ami Jean-Marie Beroldy et le bateau Comité des Arbitres était le bateau Comité du SHYC, le Beni-Saf, dans lequel je me trouvais avec Roland Le Garrec et les trois arbitres officiels.

Nous avons beaucoup appris, Roland, Jean-Marie et moi en participant à plus de 20 départs, parcours et arrivées. En championnat de France, les concurrents ne sont pas que des enfants de cœur, et l’arbitrage n’est pas simple.

J’ai également pu assisté au débriefing final des arbitres et je peux témoigner qu’ils ont plusieurs fois relevé la bonne organisation mise en place à Morgat, la bonne volonté et le nombre des bénévoles et surtout la qualité du plan d’eau. Pour ces arbitres nationaux et internationaux, qui connaissent tous les plans d’eau, celui de Morgat, bien abrité avec notamment un vent plutôt stable et peu de courant est un des meilleurs en Bretagne, mais malheureusement encore peu exploité.

Nul doute que le GPEN reviendra encore à Morgat, mais peut-être d’autres manifestations pourraient être attirées. Il y a, à tout point de vue, le potentiel : un bon plan d’eau, un organisateur professionnel et suffisamment de bénévoles sans qui ces compétitions seraient difficiles à monter.

Crédit photo : Pascal Alemany : contact@alemany.fr