Publié le 5 septembre 2016

Deux et deux font quatre, puis cinq, puis six, ….. au SHYC !!!

Après les deux régates de juillet 2016, voilà que se sont annoncées celles du mois d’août : Pen Hir Cup etTransBay Cup.

Mais au fait, s’agit-il de deux courses ? En réalité non ! Bien plutôt de quatre, et en trois journées….

Notre Pen Hir Cup qui nous promène dans les franges d’écume bordant la mer d’Iroise (que nous traversons presque entièrement) est composée de deux journées. Cette année encore, comme s’il était impossible d’avoir les mêmes météo deux jours de suite dans ce pays, les conditions climatiques et venteuses se sont révélées inversées pendant ces quarante huit heures : soleil et vent faible à l’aller, crachin venteux, mouillant et brouillardeux, le lendemain.

Le vent était tombé si bas en fin de course, la première journée, que certains des concurrents ne réussiront jamais à contourner « Swansea Vale», le courant du flot les poussant directement dans le goulet, sans possibilité de retour. Tout le monde arrivera toutefois à gagner Camaret  où une belle soirée amicale se déroulera. Puis, pour le retour, le vent se sera levé et permettra, sous une forte humidité d’abord, de taquiner le mufle du Lion du Toulinguet avant, sous un soleil revenu, d’aller embrasser notre bonne Basse Vieille.

Quelle belle aventure que cette course et un bon point à donner aux organisateurs du Club, qui ont pensé, pour ne pas trop faire traîner la flotte des concurrents dans les parages dangereux, de la ménagerie (Lion, Louve, Bouc, Chèvre et Chevreau !) à mettre avec talent le courant maritime dans le bon sens : marée montante à l’aller, descendante pour le retour.

La TransBay Cup (oui on réutilise notre nom et, « S »omme toute, zut à la Picardie !) s’est une fois de plus révélée mythique, conviviale, réussie, chaleureuse etc., etc.

La poursuite est une franche réussite, même si certains continuent, tout en partant les derniers, à arriver très en avance sur les premiers, qui deviennent ainsi les derniers. Le retour (merci Eole et les traceurs de parcours) fut divin : un très grand bord de près bon plein, quelques louvoiements devant l’Ile Vierge et une petite descente vent arrière  jusqu’au bateau comité.

L’arrivée dès le milieu de l’après-midi permit à chacun de se préparer dignement pour la remise des prix et cadeaux. L’absorption des discours des autorités qui, sans sono, n’ont pas écorché les tympans des nombreux assistants à la cérémonie, fut sans douleur et la dégustation du délicieux Planteur de notre ami et discret sponsor du Relais des Pécheurs ne causa, à notre connaissance, aucun mal de tête.

Quatre régates, sur cinq journées de compétition, avec six étapes, font au total quinze motifs de se retrouver en 2017, en espérant que l’accomplissement heureux de la totalité du programme se renouvellera l’an prochain.

Bon terre plein et joyeux Noël !

JRQ